solitude_01

Oui, je suis un condamné et j'ai purgé ma peine depuis quelques années déjà ...

Oui, j'ai tout donné, jusqu'à supplier avec ma dernière souffle pour quémender un pardon...

Et je suis toujours banni !

Les nuits de prison demeurent présentes en moi, avec ses angoisses et ses hurlements, ses larmes et ses sangs...

Je pleure chaque instant de ne plus pouvoir aller voir ma famille au loin.

Je vis avec une tristesse qui ronge chaque parcelle de ma peau, de mon âme, de mon existence.

Les années passent, et je souffre toujours d'avoir fait souffrir ceux que j'aime : ces visages si présents en moi malgré l'océan qui nous sépare, ces membres de famille qui pleurent d'incompréhension, ces amis qui s'éloignent inexorablement à cause de mon repli sur mon enfer...

Et je vis encore avec ce passé entâché d'inconscience et d'illusions...

Est-ce je suis encore un homme à vos yeux ? Ou suis-je un être banni pour toujours dans vos coeurs ?

Je vis toujours avec ces peurs qui m'écrasent chaque jour, avec ces projections qui passent dans ma tête et qui ne cessent de hanter mes nuits.

Pourquoi je continue à vivre alors que je rêve de m'allonger pour ne plus jamais me relever ?

Seigneur, sauve-moi ! Toi qui aimes jusqu'à mourir, apprends-moi à aimer comme toi, sans peur ni regret, apprends-moi à aimer mon prochain tel qu'il est, ou mieux, au point de m'abaisser pour lui laver les pieds comme toi, sans chercher un bien propre mais toujours désirer un bien commun, sans garder l'autre entre mes mains mais lui offrir toujours des ailes pour qu'il puisse envoler selon son désir de vivre.

Seigneur, aide-moi à assumer ce que j'ai commis comme fautes, sans peur de mourir ni de honte, sans masquer les défauts qui ont infecté ma vie d'antan.

Seigneur, je te rends grâce pour ces dernières années où ta lumière a chassé mes ténèbres pour me permettre de vivre la pénitence dans l'espérance d'un avenir en toi et non selon mes idées.

Quoi qui arrive, donne-moi à croire qu'en toi, je vis, et je demeure un homme, un fils.